Archive | Trouver du sens RSS feed for this section

Les enseignements de Viktor Frankl

12 Fév

Frankl« L’homme est toujours déjà orienté et dirigé vers quelque chose qui n’est pas encore lui-même, que ce soit justement un sens qu’il accomplit, ou un autre être humain qui se présente à lui. D’une manière ou d’une autre, l’être vise toujours déjà au-delà de soi-même et la transcendance elle-même est l’essence de l’existence humaine.
Ce que l’homme veut réellement n’est, en fin de compte, pas être heureux en soi mais une raison d’être heureux.
En effet, dès qu’il y a une raison d’être heureux le bonheur, le plaisir, s’installent tout seuls. 
Dans la clinique quotidienne, on voit sans cesse que c’est précisément le détournement devant la raison d’être heureux qui empêche l’homme ou la femme de devenir heureux. Mais qu’est-ce qui fait apparaître ce détournement devant la raison d’être heureux ? C’est une orientation forcée vers le bonheur !  »

listen_frankl

http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=4786070

Une émission à réécouter !

Publicités

Athena et le coaching : une longue histoire !

26 Mar Athéna et Télémaque - Marc Chagall

L’étymologie est passionnante, elle nous révèle le sens profond des mots et nous en dit long sur l’histoire des idées.

Ainsi, le mot « coach », dans son acception actuelle, trouve son origine au XVIe siècle en Hongrie puis voyage en France et en Grande-Bretagne avant de connaître un succès planétaire.

CocheLa ville hongroise de Kocs (prononcer kotsch) est située sur sur la route entre Vienne et Pest ; ancien relais de poste, elle a donné son nom à une voiture à cheval « Kocsi ». Le nom est passé en Français sous la forme « coche » (dont le conducteur s’est appelé le cocher) et en Anglais « coach ».

Autour de 1830, le mot « coach », à partir de ce sens de « grande voiture à chevaux », a évolué, dans l’argot de l’Université d’Oxford, vers le sens figuré «instructeur / formateur», pour désigner un tuteur, un mentor, qui «transporte» l’élève vers un examen. Le mot sera utilisé dans le domaine sportif en 1861.

En France, des recommandations officielles préconisent l’utilisation de « mentor » pour « coach » et de « mentorat » pour « coaching ».

Un mentor est celui qui sert de guide, de conseiller. Le mot provient de la mythologie grecque où Mentor (en grec ancien Μέντωρ / Méntôr), est le précepteur de Télémaque, fils d’Ulysse.

Athéna et Télémaque - Marc Chagall

Dans les chants II et III de l’Odyssée, écrits vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C., Homère raconte comment la déesse Athéna, sous les traits de Mentor, soutient  Télémaque et l’incite à ne pas céder aux prétendants au trône de son père et à entreprendre le voyage pour retrouver Ulysse.

Ainsi, en voyageant dans l’espace et dans le temps, nous pouvons affirmer qu’il y a 27 siècles, Athéna pratiquait déjà le coaching !

Sérendipi…quoi ? Sérendipité !

19 Jan

Et voilà, le module 6 de la formation CT de Transformance est terminée. Encore une merveilleuse expérience que je ne dévoilerai pas 😉

Je dirai simplement qu’en prenant un verre ce soir, nous avons eu une discussion sur la sérendipité.

La sérendipi…quoi ?

Oui, la sérendipité, le phénomène par lequel les choses arrivent « par la chance d’un hasard heureux » comme le définit Anne Ancelin-Schützenberger dans son dernier ouvrage « Le plaisir de vivre » chez Payot.

Page 40, on peut lire :

« Il me semble que ce phénomène de sérendipité se trouve au point de rencontre de plusieurs éléments ou force en présence. La conviction que le monde est amical et accueillant et vous offrira des solutions ou des réponses dont vous avez besoin au moment où vous en avez besoin. […]

C’est un état d’éveil ou de vigilance (ou d’attention flottante, dirait Freud) qui permet de voir et de remarquer en passant ce dont on a besoin et que l’on ne cherchait pas à ce moment-là, ni à cet endroit là. Et qui permet de trouver comme par hasard ce dont on avait besoin ou envie, des choses importantes, vitales, aidantes ou simplement utiles. […]

C’est un pont entre le cerveau droit et le cerveau gauche, entre la raison raisonnable, raisonnante, et l’intuition créatrice, et la sagacité, et nous sort d’un « ou bien, ou bien » réducteur entre la logique de l’affectif, et du cogito ergo sum de Descartes […]« 

Le téléphone qui sonne alors que j’étais en train de penser à la personne qui m’appelle, la consultante que je rencontre « par hasard » et qui travaille justement pour un cabinet expert du domaine dans lequel j’ai un besoin, …voici autant de manifestation de la sérendipité !

Et vous, à quelle occasion avez-vous déjà fait l’expérience de la sérendipité ?